[Une histoire, un Disney n°1] : Blanche-Neige et les sept nains.

Mes Edith et mes Andy, je vous parle de Blanche-Neige et les sept nains.

Blanche-Neige et les sept nains est le premier classique d’animation Disney. Celui-ci raconte l’histoire d’une ravissante jeune femme se réfugiant dans une maison habitée par sept nains au beau milieu de la forêt pour échapper à savoir qui est la plus belle femme du pays et la beauté de Blanche-Neige surpasse la sienne. Les nains apprennent à à apprécier cette visiteuse inattendue qui met de l’ordre dans leur foyer et leur prépare à manger. Mais un jour, alors qu’ils sont au travail das leur de diamants, la reine arrive à la petite maison, déguisée en vieille femme et persuade Blanche-Neige de mordre dans une pomme empoisonnée. Les nains, prévenus par les animaux de la forêt, se précipitent chez eux pour chasser la sorcière, mais arrivent trop tard pour sauver Blanche-Neige. Ils placent son corps dans un cercueil de verre déposé dans la forêt et pleurent sa perte. Le prince, tombé amoureux de Blanche-Neige, se rend jusqu’à la bien-aimée et la ramène à la vie grâce à un  » premier baiser d’amour  » qui lève le sort fatal de la méchante reine.

Le réalisateur principal de ce film d’animation se nomme David Hand. Le 21 décembre 1937 au Carthay Circle Theater à Hollywood fut l’avant-première de Blanche-Neige. Le budget était de 1,4 millions de dollards et le film proposait des chansons inoubliables comme  » Un jour mon prince viendra « ,  » Heigh Ho !  » et  » Siffler en travaillant « .

En 1939, Blanche-Neige et les sept nains reçut un  » Oscar  » à l’apparence inattendue. En effet, la statuette normale était accompagnées de sept répliques miniatures symbolisant les sept nains. Ce fut Shirley Temple qui remit cette récompense à Walt Disney. Ce film devint le plus gros succès jamais enregistré, avant d’être détrôné par  » Autant en emporte le vent  » quelques années plus tard.

Dans le monde entier, sa première exploitation a rapporté 8,5 millions de dollars, un chiffre qui, aujourd’hui, correspondrait à plusieurs centaines de millions de dollars. En Grande-Bretagne, le long-métrage a été jugé trop effrayant pour les enfants.

Pour sa ressortie en 1993, le film a été complètement restauré ce qui a fait de lui le premier long métrage à être entièrement digitalisé et nettoyé avant d’être transféré à nouveau sur pellicule. Il y a huit ressorties, en 1944, 1952, 1958, 1967, 1975, 1983, 1987 puis 1993 et la première sortie en vidéo date de 1994.

Ce que j’en pense :

Je n’ai jamais trop aimé ce film d’animation. C’est celui de ma maman. Quand j’étais petite, la belle-mère me faisait peur surtout quand elle s’est transformée en sorcière hideuse. Maléfique dans La Belle au bois dormant est 100 fois plus belle !!!

Cependant, à Disneyland Paris j’aime monter dans son attraction même si je ne l’a fait pas tout le temps. Faut dire qu’il y a tout de même de la queue, pas comme Peter Pan mais 30 minutes c’est beaucoup pour moi 😀 Le décor de cette attraction est très beau. J’aime le passage de la forêt…qui fait peur !!! Donnant les chocottes, hérisse les poils du bras.

Mon passage préféré du film est la chanson du prince à Blanche-Neige du début que ce soit en anglais ou en français, je l’adore. La voici en français (je ne l’ai pas trouvée en anglais sniff) :

J’ai terminé l’article, j’espère qu’il vous aura plu. Je reviens dès demain ou lundi pour un nouvel article. Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam