Je suis allée à Disneyland samedi dernier pour mon anniversaire. #disneyland

Mes Édith et mes Andy, samedi dernier (le 23 mars) je me suis rendue avec des amis au parc Disneyland Paris. Vous le savez que je suis fan de ce monde enchanté que Monsieur Walt Disney a créé il y a bien des années, avant même ma naissance. Je vais vous partager le déroulement de ma journée. Accrochez-vous car il y a du mouvement !

8h30, top départ

Avec Louise et sa fille Ines, nous sommes parties tôt pour rejoindre Matéo au métro dans le 20ème arrondissement. Quelques minutes plus tard, nous sommes arrivés à la station Nation du RER A où nous avons été rejoint par une amie de Louise, Gwladys. Il était 9h40 quand nous sommes arrivés aux portes du Disney Studio. Cériane et Quentin se sont incrustés – lol – et nous avons pu commencé à faire la première queue afin de prendre les billets sur mon passe. Il ne m’en reste que 10 jusqu’au 17 octobre 2019. Je suis large ! Si vous voulez venir avec moi, n’hésitez pas car elles sont toujours à 35 euros.

L’arrivée

10h20: ça y est, nous sommes tous devant les cast members avec nos billets. Dès que nous passons les tourniquets, nous dépêchons d’aller vers l’attraction  » Ratatouille » car je sais qu’il y a beaucoup d’attente pour celle-ci – après Crush Coaster. 1h20 d’attente après, nous sortons de Ratatouilles. J’aime beaucoup cette attraction du fait qu’elle soit en 3D. Les images sont extraordinairement bien faites et le décor est génial. Des odeurs se font sentir – j’adore cette phrase lol.

Nous séparons en deux groupes: Cériane, Ines et moi direction Crush Coaster; les autres direction La tour de la terreur. Une attraction que je ferai jamais car la sensation de tomber me fait très peur et je pense pouvoir faire une attraction. Je l’ai faite une fois et ça m’a suffit. Même si quelqu’un me donnerai 1 million d’euros, je ne monterai pas dedans. Avec mon groupe, je me dirige vers mon attraction et là malheur, trop de queue 140 minutes d’attente. Hors de question pour nous d’attendre tout ce temps pour 1 minute de bonheur. Nous décidâmes d’aller regarder le spectacle de Mickey  » Mickey le magicien ». Un spectacle que nous avons adoré, moi la première. J’ai même versé une petite larme lors de la venu de la Belle et la Bête. 

Vers 12h30, nous sommes sortis du parc Studio pour manger à l’extérieur de celui-ci car nous n’avons pas le droit de manger à l’intérieur des parcs si nous l’avons acheté à l’extérieur – risque d’amende. Mickey ne rigole plus :(. Ensuite, nous sommes entrés dans le grand parc Disney pour nous diriger vers l’attraction Pirates des Caraïbes car la « chasse aux trésors » allait commencer par celle-ci.

La chasse au trésor: je me suis perdue

La chasse aux trésors est lancée dès que toutes les équipes mettent les pieds dans la barque des Pirates. Leur mission est de me retrouver dans le parc. Je suis dans un lieu où un mystère se cache et pour me retrouver, il faut qu’ils passent dans des endroits obscures, prennent des photos et regardent vers le ciel. Moi, pendant ce temps, j’ai fait mon petit tour afin de prendre quelques photos de mon parc préféré. Je pense que la prochaine fois, j’en prendrai plus de moi !

Le retour

Une journée éprouvante que j’ai adorée passer avec mes amis. Le retour fût tout de même mouvementé et je me serai passé de cette scène. Si vous me suivez sur instagram, je vous en ai parlé dans mes stories ainsi que sous une photo dans mon feed.

Quentin, Louise, Ines, Gwladys et moi, sortions du parc Disneyland sous les coups de 19h45. Nous décidâmes de se diriger vers le Macdo du Disney Village car nous avions un peu faim. Nous arrivâmes devant les caisses, mais un noir de monde. Je n’ai jamais vu autant de personnes devant moi en train d’attendre leurs commandes. Nous avions été servis à 20h30. Nous montâmes au premier étage pour y manger. Vers 21h, un gros bruit se fait entendre tel une bagarre. Des gens crient, hurlent, se poussent. Je n’ai même pas eu le temps de m’approcher du rebord que toutes les personnes autour de moi étaient en train de paniquer. Je fis demi-tour, j’embarquai toutes mes affaires et me suis mises à courir. Puis je me suis arrêtée nette car il manquait Quentin. Louise, Ines et Gwladys étaient déjà parties vers les escaliers. Une chose à ne pas faire lorsqu’il y a un attentat. En panique j’étais en train de crier  » mais qu’est-ce-qu’il y a ? Que se passe-t-il ? Dîtes-le moi ». Puis, nous avons entendu  » il est dedans, il est dedans, courez ». Oh cette phrase m’a fait croire qu’il y avait un terroriste prêt à tuer: soit à se faire exploser soit avec un couteau près à transpercer les chairs humaines. Parce que nous n’entendions aucune détonations ! Nous ne savions pas du tout ce qu’il se passait en bas, à l’extérieur du restaurant. En un instant, j’ai pensé à ma famille et à mon chien. En un instant, j’ai paniqué et en un instant j’ai crû mourir. Je regardais les autres personnes en train de pleurer, de crier, de courir, d’essayer de se cacher…puis il eut un silence interminable. Je n’ai pas bien compris ce silence car si le terroriste est dans le restaurant, qu’est-ce-que ça fait qu’il y ait du silence ou pas du tout. Je ne me suis même pas posée la questions s’il allait nous tuer mais j’avais peur d’avoir mal. À ce moment-là, j’ai pensé à Ines, Louise et Gwladys…j’ai prié car nous ne savions pas où elles étaient (Quentin et moi). Puis, tout le monde s’est levé, tous perdus en se demandant ce qu’il s’était passé. J’ai revu mon amie Louise et j’ai pleuré dans ses bras. Pourquoi avoir pleuré ? Pendant toute cette panique, je me suis dit  » ça y est c’est à moi de mourir ». Cela m’a fait penser au Bataclan car oui j’ai perdu un ami qui est mort à l’extérieur du Bataclan, qui mangeait à une terrasse d’un café avec ses amis. Le 13 novembre, la mort de Richard et ça, je me suis vue partir. Donc j’ai pleuré, mes jambes ont commencé à trembler. Toutes les douleurs de l’endométriose se sont mises à se réveiller. Nous nous sommes dirigés vers la sortie de secours. Nous avons embarqué avec nous, deux jeunes filles étrangères qui pleuraient. Je les ai rassurées en leur disant que ce n’était rien, que c’était sous contrôle alors que je ne savais rien. Bref, je leur ai dit d’appeler leurs proches pour les rassurer et leur demander qu’ils viennent les chercher le plus rapidement possible afin qu’elles ne rentrent pas seules à l’hôtel ou chez elles.

Nous avons été confinés pendant quelques heures dans un autre restaurant. Puis un policier est venu nous expliquer ce qu’il allait se passer. Nous sommes sortis par une équipe de 30 personnes. Arrivés au devant du Disney village, nous avons été fouillés par des policiers. Nous nous sommes avancés près de la gare: des militaires, des policiers…étaient là pour nous rassurer. Nous avons pu prendre un RER en toute sécurité. Nous n’étions pas bien du tout. Je n’étais pas bien du tout. Je ne m’en suis pas encore remise car jeudi dernier, je suis allée au Macdo à la Défense et lorsque j’ai vu les employés habillés de leur t-shirt bleu, j’ai une angoisse qui s’est déclarée. 1 minute de plus et je me serai écroulée par terre comme une crêpe.

CONCLUSION: plus jamais cette frayeur même si c’est un fake comme dans ce cas. Heureusement bien entendu mais il suffit d’un bruit qui soit comme une mitraillette pour qu’une panique générale se réveille. Ne nous jugez pas car vous ne savez jamais comment vous réagiriez dans cette situation. Et je ne vous souhaite pas de la connaître.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam