Est-ce normal d’avoir mal pendant ses règles ?

Bonjour boys and girls… oui une autre façon de vous saluer. Quand je vous ai dit qu’il y allait avoir du changement, je ne vous mentais pas du tout. “Est-ce normal d’avoir mal pendant ses règles” va être un sujet de débat cette semaine et j’ai très envie que vous participiez à celui-ci.

♥ La vie d’une femme ♥

En 2018, j’ai l’impression d’être une femme “prisonnière” de sa vie. “Assieds toi et fermes ta bouche”; “Assieds toi et souffres en silence”… je suis sans doute très brute dans mes paroles mais c’est la vraie vie d’une femme. Nous n’avons pas encore évolué car il faut “encore” et “encore” se battre pour être écoutée par les médecins (certains en tout les cas), pour être égale à l’homme dans le travail, pour être Présidente de la République, pour être prise au sérieuse… Je suis là, je vous regarde et je réfléchis à comment dois-je mener ma vie ?! Je n’ai plus envie de me battre, j’ai envie de montrer de quoi je suis capable. Je veux que l’on m’écoute, je veux que l’on m’entende, je veux être prise sur un pied d’égalité, je veux être une femme révolutionnaire ! Et pour cela, je cris “Non ce n’est pas normal d’avoir mal quand nous avons nos règles”, MERDE !

♥ Que signifie “avoir mal” ♥

Pendant les règles, il y a plusieurs douleurs. Soit elles sont indolores, soit elle sont douloureuses mais à la prise de médicaments celles-ci se calment, soit elles nous handicapent et aucun médicaments ne font effet. Dans ce sujet-ci, je parlerai de cette 3ème douleur…cette douleur qui m’a empêchée de m’épanouir dans ma vie de femme… cette douleur qui touche plus de 7 000 femmes dans le monde par an … cette douleur qui nous emmerde. Les autres douleurs sont aussi importantes mais peuvent se calmer par la prise de médicaments tels que le SPASFON, le DEBRIDAT ou encore L’ANTADYS. Les femmes n’ayant pas mal, j’ai envie de dire “vous en avez de la chance car j’en rêve”.

♥ Que se cache-t-il derrière cette douleur ? ♥

Avant cela, je vous donne mon parcours d’enfant allant sur celui étant de femme. J’avais 11 ans quand je me suis aperçue que je perdais du sang dans ma culotte. Pour tout vous dire, je pensais que je mettais couper la cuisse. La peur de ma vie, j’ai crié dans la salle-de-bain en pleurant. Je cherchais désespérément cette coupure. Maman est arrivée en deux secondes en dégringolant les escaliers. “Je me souviens de ses paroles: Mary, ce sont tes règles”. Qu’est-ce-que signifie ce mot ? Que veut dire “règles” ? Ah le truc dégoutant prouvant que ton corps change, prouvant que tu deviens une femme. Non je n’étais pas prête de les avoir, j’aurai aimé les avoir bien plus tard. Elles tombèrent très mal car je venais de dévoiler mon plus grand secret. Cette découverte fut un choc et je n’ai pu me rendre au collège pendant deux jours tellement les douleurs s’intensifiaient. Je ne me rappelle pas d’avoir pris rendez-vous avec ma gynécologue. Nous y sommes allées bien plus tard à cause des douleurs devenant fortes.

13 ans: premier rendez-vous avec la gynécologue, début des soucis. Mes règles duraient trois semaines par mois. Elles étaient violentes et je perdais beaucoup de sang, surtout pendant la nuit. Je me changeais plus de 8 fois dans une journée entière. Je me rappelle des mots de ma gynécologue “ce n’est rien c’est le cycle qui va se mettre petit à petit, ce n’est que le début”. Je lui ai tout de même demandé de me donner un médicament autre que du spasfon, j’ai eu le droit au “spifen”.

16 ans: je me suis rendue chez ma gynécologue encore une fois car trois semaines de règles tous les mois, ça use le moral et le physique. Je n’en pouvais plus donc je suis passée à la pilule. Un bonheur dans un sens puisqu’elles ne duraient que 2 jours. Cependant, c’est à ce moment-là que ma boulimie s’est développée. Pendant mes règles, je n’avais pas faim et après, une faim de loup.

De 20 ans à 26 ans: plus je vieillissais dans l’âge, plus les douleurs s’intensifiaient. J’avais toujours des douleurs dans tout le côté gauche ainsi que des douleurs gastriques. Coliques, constipation de 14 jours, coliques… mal au ventre, mal à l’ovaire gauche, envie de vomir, aliter pendant des jours, stress, boulimie…. Et toujours sous pilule !

27 ans: j’ai arrêté la pilule jusqu’à mes 30 ans. Je voulais voir ce que cela pouvait faire sur mes hormones et ma santé. Ce fut pire de jour en jour.

2017: le diagnostique est tombé, adénémyose et endométriose.

♥ Les douleurs ne veulent pas dire qu’il y ait endométriose tout le temps ! ♥

Ce n’est pas parce que vous avez très mal que vous avez forcément l’endométriose. Il faut faire des examens si jamais vous avez des douleurs comme les miennes ou similaires. Qu’est-ce-que l’endométriose ?

Résultat de recherche d'images pour "schéma endométriose"
Source: google

L’endomètre est le tissu qui tapisse l’utérus. Sous l’effet des hormones (oestrogènes), au cours du cycle, l’endomètre s’épaissit en vue d’une potentielle grossesse, et s’il n’y a pas fécondation, il se désagrège et saigne. Ce sont les règles. Chez la femme qui a de l’endométriose des cellules vont remonter et migrer via les trompes. Le tissu semblable au tissu endométrial qui se développe hors de l’utérus provoque alors des lésions, des adhérences et des kystes ovariens, (endométriomes) dans les organes colonisés. Cette colonisation, si elle a principalement lieu sur les organes génitaux et le péritoine peut fréquemment s’étendre aux appareils urinaire, digestif, et plus rarement pulmonaire. (source: endofrance).

Résultat de recherche d'images pour "l'endométriose"
Source: google

La mienne s’est implantée pendant plus de 15 sans que je le sache, sans en entendre parlé depuis mes premiers rendez-vous de gynécologie, mes rendez-vous chez le gastro-entérologue, mes aller-retours aux urgences… L’année dernière, j’en ai eu marre et sur les rotules d’avoir tant de souffrance pendant mes règles que j’ai demandé de faire des examens. C’est un médecin de Paris qui m’a prescrit une échographie pelvienne ainsi qu’un IRM pelvien. Je n’avais jamais entendu parlé de cette maladie. C’est une maladie difficile à diagnostiquer, dix ans; c’est une maladie qui est difficile à vivre avec.

♥ Pour les autres douleurs comment faire ? ♥

Même si vous n’avez pas l’endométriose ni l’adénémyose, il n’est pas normal d’avoir mal pendant ses règles. Il n’est pas normal qu’une femme reste en souffrance pendant des mois, des années. Un conseil: aller le plus rapidement possible chez un gynécologue et si lui ou elle ne fait rien, changez-le/la.

Aussi il existe des astuces pour stopper ou atténuer les douleurs de règles: prendre un bon bain chaud ou une bonne douche chaude, mettre une bouillotte sur le ventre, passer par les plantes ou les tisanes, aller voir un naturopathe. 

♥ Et vous, avez-vous mal ou non ? ♥

Attention, l’endométriose ne peut faire souffrir la femme ne sachant pas qu’elle est atteinte. Parfois, les examens ne permettent pas d’identifier cette maladie ou la localisation. Moi je ne savais pas que j’en avais sur la vessie ni sur les ovaires vu qu’il n’y avait pas de kystes. Si vous avez un doute, voyez avec votre gynécologue ou votre médecin généraliste. Prenez soin de vous et écoutez votre corps.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Comments

  • Ouaouh, ton article est très touchant. Ca fait du bien de lire ton témoignage plein d’authenticité sur quelque chose que je ne connais pas. Les premiers jours de mes règles j’ai quelques crampes qui peuvent m’obliger à m’asseoir mais un bain chaud, ou un doliprane si j’ai besoin d’être active et ça passe. Il m’arrive même de ne rien sentir du tout.
    J’avais une amie qui me parlait de ses règles douloureuses au point de rester au lit et de sécher les cours, mais je n’avais jamais compris ce que c’était. Merci d’avoir partagé ton expérience et éclairé ma lanterne.
    Je te souhaite tout le meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam