Y a-t-il une différence à être ronde ou mince; grosse ou maigre ?

Avant de vous faire un article sur les différentes morphologies, j’ai envie de vous parler de poids, de physiques et d’habitudes alimentaires.

Nous sommes toutes différentes que nous soyons minces/maigres ou rondes/grosses et nous sommes dans l’obligation de le vivre avec; le Monde est fait de la sorte, nous ne pouvons rien y faire. Elle est là cette différence: le physique. Il y a plusieurs façons d’être mince ou ronde, je vais en parler indirectement dans cet article. Je ne suis pas docteur donc je signale de suite que je me positionne en tant que spectatrice de la vie.

La génétique

J’ai toujours été avec des rondeurs. Je suis née avec de bonnes joues ainsi que quelques petite bourrelets sur les côtés de mes hanches. Cependant, je n’ai pas été malade du tout. Pour moi, cela faisait parti de ma génétique. Je remercie les parents… Les parents y sont pour quelque chose au tout début de notre vie lors de notre conception. C’est très rare que deux parents gros fassent un bébé mince. Cela peut arriver, certainement, c’est tout de même très rare.

Toujours aux parents de faire attention pour l’enfant quand il grandit, je vais dire, jusqu’à ses 16 ans. Effectivement, si les parents ne mangent que des repas gras, très salés ou sucrés; c’est normal que l’enfant prenne des kilos lors de sa croissance. Sauf que chez certains enfants, ils ne prennent pas un gramme même si les repas ne sont pas très sains. Voici encore une différence (une injustice parfois) que les enfants ne peuvent comprendre et de la jalousie se forme au fur et à mesure envers ceux qui ne prennent pas de poids.

Je dirai qu’à partir de 16 ans, l’enfant étant devenu adolescent peut commencer à se prendre en main. J’ai pris beaucoup de poids à cause de la pilule pour adoucir mes règles. Je pense que l’endométriose à commencer à faire son travail à partir de cette période-ci. Malheureusement pour moi, je suis passée de la taille 42 à 46-48. Un désastre pour moi et mon entourage. Aussi, je ne vais pas vous mentir, j’étais boulimique de sucre et de yaourt. J’ai donc commencé à faire des régimes.

Être mince inspire la jalousie quand nous sommes des enfants. Je le constate lorsque je vois les enfants jouer dans la cour de récréation. Les insultes fusionnent: “tu es tellement grosse que tu pourrais faire le ballon de basket” ou “tu es tellement maigre que tu pourrais être mon fil dentaire”. Combien de fois les entendons-nous en cours ? En tant que parents, il faut bien surveiller le comportement de nos enfants mais aussi des autres. La faiblesse de l’autre donne du pouvoir à certains qui en profitent.

Être malade

Certaines fois, ce n’est ni la faute de l’enfant ni celle des parents. Deux maladies font fureur (c’est ironique bien entendu) chez nos adolescents: la boulimie et l’anorexie. Ce sont deux maladie faisant peur à nos proches puisque si vous tombez une fois dedans, vous en guérissez qu’à moitié.

Commençons par l’anorexie: je ne la connais que par les informations données sur google ou par des documentaires vus à la télévision. C’est une pulsion alimentaire que l’enfant ne peut contrôler dans un premier temps. Comment devient-on anorexique? Cette maladie est très vaste. Ce n’est pas héréditaire loin de là. La plupart du temps, nous devenons anorexique lors d’un choc traumatique, de quelque chose de déroutant que nous n’arrivons pas à accepter… plusieurs possibilités, hélas, existent. Plus de filles que de garçons mais les garçons peuvent être sujet à cela aussi, malheureusement pour eux.

Comment se voit l’anorexie ? Je vais parler pour les adolescentes. Lorsque votre enfant insiste tous les jours ne voulant pas prendre de poids, se pèse tous les jours, si votre fille a un retard de plus de trois de règles, tous ces petites font que cela peut être le début de cette maladie. Je ne vais entrer dans les détails, sachez juste que les finalités sont: une fille très maigre ou la mort.

Je termine donc par la boulimique. C’est aussi un trouble alimentaire. Cependant, celui-ci est le contraire de l’anorexie. L’enfant ne perd pas du poids (si c’est le cas il fait de la boulimie-anorexie) mais il en prend davantage. J’ai été boulimique de mes 18 ans à 25 ans. Encore aujourd’hui, il peut arriver que j’en fasse une tous les six mois, donc deux par an pouvant durer une semaine chacune.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam